(à venir) SUR MOI LE TEMPS - COMPAGNIE BOUCHE BEE
23526
page-template-default,page,page-id-23526,page-child,parent-pageid-22082,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-3.4,vertical_menu_enabled,paspartu_enabled,side_area_uncovered,wpb-js-composer js-comp-ver-6.6.0,vc_responsive

SUR MOI LE TEMPS

LA FABLE

Florian, adulte, joue au théâtre et joue aux jeux vidéo.

Florian a reçu sa première console de son père lorsqu’il était enfant.

Ensemble, ils jouaient à un jeu de course automobile.

Un jour, le père de Florian meurt.

Quelques années plus tard, Florian, pré-adolescent, retrouve la vieille console de son enfance.

Quand Florian la rallume, il découvre stupéfait le « ghost » généré automatiquement par le jeu, fantôme de la voiture qui a remporté le meilleur chrono de toutes les parties, fantôme d’un bolide alors piloté par son père.

Dès lors, Florian ne décroche plus de sa console et enchaine les parties avec son père « revenant ». Cette silhouette translucide guidera ses nouvelles courses…

Mais qu’arrivera-t-il s’il la dépasse ?

Un spectacle destiné aux adolescents, accessible à partir de 9 ans.

Une nouvelle pièce à l’attention de la jeunesse, présentée par Anne Contensou :

 » En tant que metteuse en scène et en tant qu’autrice, j’aime questionner les liens entre la fiction et le réel : c’est lorsqu’il s’autorise à explorer cette frontière qu’à mon sens l’individu se construit vraiment. Parce qu’il peut rêver, se projeter et trouver l’élan pour aller au monde. J’aime approcher cet endroit d’où surgit la créativité, l’imagination. C’est cet endroit très secret et très intime que je souhaite aborder à travers cette nouvelle création pour la jeunesse. Pour cela, je me saisis d’un territoire passionnant qu’est le jeu vidéo.

Il ne s’agit pas pour autant d’une pièce à thème « sur » les jeux vidéo. Je me donne plutôt comme principe d’accueillir cet univers au sein du récit et de le relier à une thématique qui m’est chère : la construction de soi, dans l’espace intime et dans la sphère sociale.

Écriture en cours

Pour ce nouveau spectacle, je souhaite travailler avec un interprète-collaborateur de longue date : Florian Guichard, lui-même très proche du thème choisi et dont l’expérience personnelle va étroitement inspirer la pièce. C’est en tant qu’acteur et que gamer, qu’il se présente devant le public et lui raconte son histoire. Nous partirons de cette intimité et de ce réel presque documentaire pour peu à peu plonger dans un récit autobiographique… mêlé de fiction. Ce jeu sur le vrai/faux est depuis longtemps un terrain d’expérimentation que j’adore et je trouve qu’il sied tout particulièrement à ce champ du jeu vidéo : l’individu et l’avatar peu à peu se mêlent et se confondent.

L’univers du jeu vidéo

Dans « jeu vidéo » il y a « jeu », ce jeu qui participe à la construction de l’individu, nous aide à mieux nous connaître et à appréhender le réel.

Refuge de l’imaginaire, le jeu vidéo se dessine dans un rapport de distorsions au réel et devient un monde à part, où liberté et limites se réinventent au gré des mondes explorés, des paliers conquis, des vies perdues et retrouvées.

Un espace hors du temps et des normes, où le joueur existe à la fois en tant qu’individu – membre de communautés sans limites géographiques, et en tant que personnage.

Les questions de liens mais également de solitude seront ainsi au cœur de ce récit.

En découlera également la question du double. On ne choisit pas son « avatar » par hasard dans les jeux : celui-ci raconte autant ce que l’on est et ce que l’on n’est pas.

Le lien et la transmission

Les jeux vidéo sont devenus un phénomène de société.

Il est passionnant de constater que toutes les générations sont concernées par cette pratique, notamment parce que les premiers joueurs ont aujourd’hui l’âge d’être parents.

Ce rapport intergénérationnel m’intéresse parce qu’il offre un terrain propice à l’exploration d’un thème qui m’est cher : la transmission. Le lien qui existe entre un fils et son père, au-delà des frontières de l’âge, et même au-delà de la mort, sera un thème central dans notre spectacle : quel est précisément l’endroit de l’héritage, où se situent les endroits de lien et de rupture quand on grandit, qu’est-ce qu’on garde et qu’est-ce qu’on lâche ?…

DISTRIBUTION


Conception, écriture, mise en scène : Anne Contensou 

Interprétation : Florian Guichard et un.e second.e interprète

Création sonore : Mikaël Plunian

Création lumière : Xavier Baron 

Scénographie : Estelle Gautier 

Régie Générale : Julien Coquet 

 

Mais aussi (distribution en cours) :

– un(e) créateur/trice vidéo

MENTIONS


Production : Théâtre Bouche Bée

Coproduction : DSN – Dieppe Scène Nationale (76), Très Tôt Théâtre – Quimper (29), Théâtre des Sources – Fontenay-aux-Roses (92), la Scène nationale d’Angoulême (16) et le réseau PJP49.

Avec le soutien du Théâtre des Bergeries – Noisy-le-Sec (93) et du Théâtre Madeleine Renaud – Taverny (95).

Production : Théâtre Bouche Bée

Coproduction : DSN – Dieppe Scène Nationale (76), Très Tôt Théâtre – Quimper (29), Théâtre des Sources – Fontenay-aux-Roses (92), la Scène nationale d’Angoulême (16) et le réseau PJP49.

Avec le soutien du Théâtre des Bergeries – Noisy-le-Sec (93) et du Théâtre Madeleine Renaud – Taverny (95).

Production en cours…